Frontispice du Parnasse réformé

 

Les éditions 1668 et 1669 du Parnasse réformé sont ornées du même frontispice dont la signature, “Landry”, renvoie à Pierre Landry (1630-1701), graveur et marchand d’estampes parisien, qui se spécialisera plus tard dans les tailles-douces en tableau, « copies » de toiles célèbres, en général à sujets religieux, source d’un commerce florissant.

La scène symbolique proposée au seuil de l’ouvrage, centrée sur la figure d’Apollon entouré d’auteurs anciens et modernes, dérive indirectement de la fresque réalisée par Raphaël pour la Chambre de la Signature du Vatican (1511), largement diffusée par la gravure. C’est sur la base de ce modèle, qu’illustre notamment une célèbre toile de Nicolas Poussin (Le Parnasse ou Apollon et les Muses, 1631-1632, Musée du Prado), qu’il convient de repérer certaines variantes significatives :

Références bibliographiques